Hadj Mouhammadou Makhtar BABOU

Naissance et formation

Il était Imam, connaisseur, El Hadj Mouhammadou Makhtar, fils de Mbaye Babou.  Sa mère s'appelait sokhna Khaita NDao.

Imam Makhtar Babou est né le 01 janvier 1910, soit 19 Dhou al Hijja 1327 à Keur Mbaye Babou, village fondé par son père, à quelques kilomètres de la ville sainte de Tivaoune où il a grandi. C'est à bas âge que son père le confia à Cheikh al Hadj Malick Sy (1855 - 1922) pour sa  formation religieuse. C'est ainsi qu'il intégra l'illustre daara (école) en compagnie de El Hadj Abdoul Aziz SY Dabakh (khalife des Tidjanes de 1957 à 1997), et son jeune frère Mouhammadou Habib Sy, sous la direction de Serigne Hady Touré. C'est sous la direction de cet érudit qu'il boucla son cycle élémentaire et secondaire.

Il poursuit sa quête de la science dans la sainte ville toujours sous la direction de savants tels que Serigne Alioune Gueye, Serigne Shaybatou Fall et Imam Moussa Niang formés par Maodo Malick Sy. Et déjà nombre d'éminents savants de l'époque attestèrent de ses connaissances et l'autorisèrent à enseigner et à rendre des décisions juridiques.

Il avait appris les deux sources (le Coran et le Hadîth) ainsi que le Fiqh, la langue arabe, la littérature et la poésie de ce groupe de professeurs. Il a aussi appris les sept lectures du Saint  Coran.

Il s'est surtout spécialisé dans la science du Fiqh (jurisprudence); en effet,  il étudia cette science, et rendit des fatwas (décisions juridiques) notamment en droit familial (mariage, succession, etc.). Il a aussi appris le Tafsîr (interprétation du Coran), le Hadîth, la Sîra (Biographie) du prophète Mouhammed. Il était versé en exégèse, et en Histoire. Il maîtrisait la langue arabe et composait la poésie.

Sa  mémoire était si grande, maa chaa Allah, qu'il dictait à ses élèves sans notes. Beaucoup de savants distingués voyageaient pour  acquérir de ses vastes connaissances.


Professeur :


Pendant plus de 50 ans, le Professeur Mouhammadou Makhtar Babou enseignait à son daara (école) à la rue de Reims à Dakar où il s'était fixé dans les années cinquante avec la bénédiction de Serigne Babacar Sy, khalife Général des Tidjanes de 1922 à 1957. Il a formé des centaines de personnes parmi lesquelles on peut noter des imams, d'éminents professeurs et des hommes de droit.


Il dispensait dans son université des cours sur la 'Aqidah (Croyance), le Fiqh (jurisprudence), le Hadith, le Tafsir, la Sîra du prophète Mouhammed (PSL) les sciences relatives à la tariqa tidjane. Il enseignait aussi des ouvrages écrits par de grands savants tel que le cheikh  El Hadj Malick Sy grand propagateur du tidjanisme au Sénégal, et de Khalifa Ababacar SY dont il était l'un des plus fervents disciples.

Il animait annuellement une nuit dédiée à Cheikh Ahmed Tidiane Sy Al Maktoune, organisée par la dame sokhna Ndéye Raky à Dakar.


Relations avec Tivaoune:

 

 

A la disparution de Maodo, il fit allégeance au Khalife Seydi Aboubacar SY, et ne quittât plus sa cour jusqu’à ce qu’il l’eut rejoint dans l’au de là en 2001.

Sa maîtrise de la langue arabe faisait de lui l'interprète attitré de Serigne Babacar SY qui le choisissait toujours pour traduire aux fidèles les discours lors de visites de chérifs, parmi lesquels des petits fils de Cheikh Ahmed At Tidjani  fondateur de la confrérie tidjane, et autres personnalités du monde musulman en visite à Tivaoune.

Il reçut très tôt le idjaza des mains de Serigne Babacar Sy en qui il vouait un culte immense, et représentait toute la famille de ce dernier  dans diverses cérémonies. C’est là l’origine du respect et de la considération des dignitaires lébous du Cap Vert, des habitants de la contrée de Mont Rolland chez Serigne Alpha Thiombane, chez les hal pular et dans le Walo.

 

A la disparition de saint khalife, il perpétuât cette même mission et sa tarbiya dans la famille aux cotés de Cheikh Ahmed Tidiane Sy  à qui il prêtait toujours une oreille attentive. Al Maktoume lui chargeait de célébrer les mariages, les baptêmes, les lavages mortuaires, leurs prières, et veiller sur leur succession. Car, comme il a été souligné,  il était un expert en droit musulman, surtout en ce qui concernait les droits successoraux dont il était l’un des tout meilleurs spécialistes.

Les familles religieuses, de toute obédience, n’hésitaient pas à orienter leurs futurs héritiers dans son daara pour bénéficier de son enseignement. Il a formé une grande majorité des oulémas et moukhadams de la hadara de Serigne Babacar SY.

Ce qui fait qu’il y soit rare aujourd’hui de voir une famille religieuse sans quelques uns de ses anciens étudiants.

Il était un ambassadeur itinérant au service de la famille de Maodo Malick et de la tariqa tidjane en général, mais particulièrement à celle de Serigne Babacar Sy.

 

Personnalité :

Concernant sa personnalité, l'éminent Professeur, le Cheikh El Hadji Mouhammadou Makhtar Babou, était humble, modeste, tolérant, patient et endurant. Il a été décrit par tous ceux qui l'ont côtoyé comme étant épanoui, ferme, prudent, ascétique, désintéressé, généreux, dépensier en charité.

Il était un homme vertueux auquel tous les hommes de sciences reconnaissent la piété, le détachement du bas monde. Il avait un bon comportement avec tous les Imams quels que soient leurs niveaux, respectueux de tous les petits fils de son maître Maodo Malick Sy,  et avec tous ceux qui lui ont tenu compagnie de sa jeunesse à sa vieillesse.


Disparution:


El Hadj Mouhammadou Makhtar Babou a quitté ce bas monde dans la matinée un lundi 07 mai 2001, 13 safar 1422, à son domicile en face de sa mosquée, la zawiya Khalifa Ababacar SY à Grand Yoff.


Son mausolée se trouve au cimetière musulman de Yoff, dans la banlieue dakaroise.


Après sa disparution, la zawiya est aujourd'hui gérée par ses enfants qui assurent l'héritage.

 

Qu'Allah le récompense généreusement !

6 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (2)

1. youssoufaye 14/06/2011

que le bon dieu l'acceuille a son paradis
jamais je n'oublierai ce que vous m'avez fait de bien dans ce bas monde
je continuierai à prier vous vous
amen

2. FAYE 23/08/2011

que dieu l accueille a son paradis si barke cheikhal khalifa

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site